Clara Lit Proust -- (Romans)
Un hommage au pouvoir des livres !

Clara est coiffeuse dans une petite ville de Saône-et-Loire. Elle  partage son temps entre le salon, un copain beau comme un apollon et un chat qui ne se laisse pas caresser. Elle partage son quotidien avec une patronne mélancolique, un  collègue masculin fan de mangas et chéri par des clientes dont l’âge moyen ne prédit pas un avenir radieux au Cindy Coiffure. Bref, pour Clara le temps passe et rien ne se passe. Une seule question se pose : qui peut changer une vie aussi banale. Eh bien un livre ! Un livre abandonné au salon par un client de passage et que Clara emporte chez elle. Elle ne s’y attardera que plus tard, après l’avoir abandonné plusieurs semaines dans sa bibliothèque rassemblant deux livres de Musso, quelques guides touristiques et les recueils des horoscopes des dernières années. Ce live dans lequel elle plongera est un livre de Marcel Proust et il va changer sa vie. Voilà un roman génial dont l’héroïne attachante démontre que la lecture de Proust est possible pour toutes et tous pour autant qu’on le lise doucement et même en survolant certaines pages .D’ailleurs, la lecture de A la recherche du temps perdu lui fera rencontrer une autre passionnée : une conductrice de car.  Clara lit Proust est un formidable hommage au pouvoir des livres. Ne boudez pas le plaisir de cette lecture qui, pour nous, est une des œuvres les plus magistrales de cette rentrée.

editor

Par Pierre Cerfontaine Il y a 4 jours

13 Jours, 13 Nuits Dans L'enfer De Kaboul -- (Essais et documents)
Héroïque, humain et résilient !

Mohamed Bida, attaché à la  sécurité intérieure de l'ambassade de France à Kaboul a parfois risqué sa vie pour en sauver d'autres. Avec un petit groupe de policiers d'élite, il a organisé l'accueil, l'hébergement et l'exfiltration  de très nombreux français ou afghans fuyant les  talibans et  détenteurs d'un visa pour la France. Le temps manquant et les plans d''évacuation échouant les uns après les autres, le commandant Bida dut se résoudre à négocier seul avec les talibans.  Commencent alors 13 jours et 13 nuits sans sommeil pour ces policiers, livrés à eux-mêmes, qui ne purent compter que sur leur intelligence pour sauver ces hommes, femmes et enfants.  Au cours de ces 13 jours et 13 nuits,  les policiers, diplomates et militaires de la mission française en Afghanistan on sauvé 2834 personnes.

editor

Par Solange - maman de Pierre Il y a 4 jours

Ada Et Graff -- (Romans)
Deux personnages singuliers et lumineux

Elle s’appelle Ada. Anglaise, elle  n’attend plus grand-chose de la vie. Depuis le décès de son mari, une baignade dans la rivière sous les arbres et un signe de sa fille lui  suffiraient. Sa fil Becca  a rejoint un groupe d’illuminés dont le corps appartient à Dieu. Et Dieu, c’est Kaï, le gourou ! Ada risque donc d’attendre encore longtemps un signe de Becca.

Lui s’appelle Graff. Circassien, il a dû abandonner la troupe suite à un accident qui le prive momentanément de l’usage d’un bras et d’une jambe. Il vit dans une caravane sur un terrain que Ada lui a provisoirement cédé. A la fois tsigane, funambule, il provient des Balkans où il vécu  un amour qu’il a bien du mal à oublier.

Pour ces deux septuagénaires, l’avenir semble à l’arrêt. Et pourtant, la vie les précipite l’un vers l’autre. L’âge n’entame pas l’imagination, ni l’audace, ni le désir.  Leur aventure engendrera un courage nouveau qui leur donnera la force de bousculer la vie.

Ada et Graff est une histoire d’amour et de liberté. Elle est portée par deux personnages lumineux autant que décalés.

« C’était il y a cinq semaines seulement. L’éternité n’est pas plus longue. Les étourneaux tournoyaient au-dessus du bois, jetant de leurs ailes d’incandescents reflets, et moi, debout près de la rivière, à parler à ma fille absente. Reviens Becca, je murmurais. Come home. Finalement, c’est toi qui est venu. »

editor

Par Pierre Cerfontaine Il y a 4 jours

L'ecole De Topeka -- (Romans)
American Psyché

Une famille d'extrémistes qui manifeste "pour prendre à partie des politiciens ouvertement homophobes, au siège de la législature, car ils ne les [trouvent] pas assez homophobes". Voilà le genre de génies que l'on peut croiser au Kansas.

La famille Gordon n'est pas de cette engeance. Les parents travaillent tous les deux à la "Fondation" de Topeka, mélange d'institut psychiatrique et de campus universitaire où les thérapeutes eux-mêmes se doivent de suivre une analyse. Leur fils brille dans les concours d'éloquence où "l'étalement", technique consistant à débiter le plus rapidement possible un très grand nombre d'arguments au risque de l'inintelligibilité, n'est bizarrement pas considéré comme une aberration absolue.

L'Ecole de Topeka raconte l'histoire de cette famille, de ses errements et de leur entourage. Dense et exigeant, le roman est ponctué d'idées brillantes sur le langage, le sens, la mémoire, qui ensemble dressent un tableau d'une Amérique étrangement floue ne craignant pas de "mélanger des vérités profondes avec leur contraire".

Les Mediterraneennes -- (Romans)
Un grand livre de rires et de larmes !

En 2017, dans la banlieue de Lyon, Samuel retrouve sa famille maternelle le temps d'un dîner de Hanoukkah qui sera haut en récits bariolés. En fait, cette histoire commence réellement en 1837 lors de la prise de Constantinople et se termine par l'exode massif de l'Algérie en 1962. Le point commun de tous ces récits sera un chandelier dont Samuel ne sait pas trop d'où il vient et ce que signifient les inscriptions énigmatiques qu'il porte. Ce roman est aussi le livre des identités multiples racontées par les générations de femmes qui ont vu grandir Samuel, ces Orientales dont le vrai pays restera la Méditerranée.

editor

Par Pierre Cerfontaine Il y a 9 jours

Lincoln Highway -- (Romans)
C'est génial !

Sillonner la Lincoln Highway (une route transcontinentale américaine) avec de jeunes protagonistes qui ont la fureur de vivre. 

En 1954, Emmett Watson, fraîchement adulte, rentre chez lui après une peine passée dans un établissement pénitentiaire pour mineurs. Pendant ce séjour, son père a eu le temps de décéder et leur ferme d’être saisie par la banque. En retrouvant son petit frère, il décide de prendre un nouveau départ en allant à San Francisco, lieu où se trouverait probablement leur mère. Tout aurait pu rouler si deux copains d’emprisonnement, Duchess et Woolly, ne s’étaient pas pointés avec d’autres projets en tête. En effet, ces deux sacripants bons vivants sont sur un coup à 150 000 $ et ils comptent bien mettre Emmett de la partie. Toutefois, ils doivent se rendre à New York, ce qui est la direction exactement opposée à celle des frères Watson.

Un texte qui se distingue par la haute qualité de ses personnages qu’on prend plaisir à accompagner successivement grâce à la forme du roman choral. Il y fourmille de nombreuses aventures trépidantes qui ne laisserons pas un lecteur sur sa faim. Amor Towles, qui nous avait déjà réjoui avec Un gentleman à Moscou, revient avec un livre dans lequel l’ennui est prohibé.

Anthony Doerr, en conteur accompli, n'est pas sans méconnaître ce que les histoires nous font, à quel point elles construisent nos pensées, impulsent nos agissements mais aussi lient entre eux des lieux, des époques et des individus que plus aucun pont ne fait communiquer.

Trois histoires sont racontées ici : celle de deux personnages embarqués malgré eux dans la prise de Constantinople en 1453 ; celle d'un attentat à la bombe dans une bibliothèque décrépite de Lakeport (États-Unis) à notre époque ; et enfin, celle de voyageurs intergalactiques ayant quitté la Terre afin de trouver une nouvelle planète où s'installer.

Sans que l'on en comprenne tout de suite sa véritable teneur, le lien entre ces différents récits est d'emblée donné : un curieux manuscrit, roman antique contant le voyage extraordinaire d'un Grec nommé Aethon.

La Cité des nuages et des oiseaux raconte une longue et fragile transmission qui traverse le fracas de l'Histoire. Le lecteur sera plongé dans les vicissitudes d'existences entières et tombera des nues devant l'orchestration vertigineuse composée par l'auteur.

Chien 51 -- (Romans)
On ne fait pas désespoir plus beau

Les Grecs anciens avaient cette habitude, en guise d'offrande aux dieux, de renverser sur le sol quelques gouttes de leur coupe. Dans Chien 51, ce geste ancestral est reproduit par un personnage à des fins spirituelles d'une teneur plus contemporaine : "pour que les dieux ne nous veuillent pas de boire alors qu'on devrait être en train de faire sauter ce monde qui ne ressemble à rien..."

Le nouveau roman de Laurent Gaudé dessine les contours d'un monde à la dérive. La Grèce, pleinement vaincue par la crise, a été tout bonnement privatisée par une multinationale. Ceux qui le peuvent fuient vers Magnapole. C'est dans cette gigantesque ville, où les marginaux et les privilégiés vivent chacun dans leur zone, que se noue une intrigue sordide, inspirée du roman noir, et qui révélera tout le cynisme d'une société où même les causes nobles avancent dans une corruption crasse.

Pas d'idylle donc, mais une œuvre où se déploie magistralement le style Gaudé, véritable poésie à sonder le désastre et à en tirer, art subtil, ce qui reste de vie.

La Vie Clandestine -- (Romans)
Un grand texte sur le groupe Action directe !

Le 17 novembre 1986, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron, deux membres du groupe terroriste communiste Action directe, assassinent le PDG du groupe Renault, George Besse. À partir de cet événement fort, Monica Sabolo se lance dans une enquête palpitante autour de ce groupe énigmatique qui n’a jamais témoigné de regrets pour ses actes de violence.

À la manière de vases communicants, elle puise dans son enquête la force se raconter. Le destin très aléatoire d’une fille de diplomate corrompu dont la famille tombe dans la disgrâce au moment des fameuses « années fric ». La jeune narratrice voit cette déchéance à hauteur d’enfant. On devine rapidement le fil rouge qui relie les deux sujets du roman : la clandestinité. Sabolo, dans une confession poignante qui vous laissera sans voix, est la clandestine d’une famille déchirée.

L’Histoire et le récit trouvent une correspondance subtile dans ce texte, qui démontre l’incroyable vigueur de la littérature.


La Petite Menteuse -- (Romans)
Les méandres raffinés de la Vérité

Où se cache la vérité ? C’est le sujet de ce roman. L’histoire prend place au moment d’un procès en appel pour des faits de viol. La victime, Lisa, avait quinze ans au moment des événements. Le coupable est un ouvrier ayant réalisé des travaux dans la maison familiale. Avec son parcours scolaire chaotique, son goût prononcé pour l’alcool, ses penchants homosexuels, Marco est le coupable parfait pour une société qui le punit surtout pour ses déviances. Est-il coupable de ses actes ou de son faciès ? C’est justement l’enjeu de ce roman qui chamboulera profondément le code de valeurs du lecteur.
Ce procès est raconté à travers Alice, la nouvelle avocate choisie par Lisa. Un personnage riche en nuances.

La petite Menteuse livre une réflexion palpitante sur la notion de justice. Il nous confronte à nos préjugés et aborde des problèmes d’une actualité brûlante. Un grand texte sur le tribunal où le lecteur est initié aux arcanes d’un procès. 

En savoir plus