Vous trouverez aussi sous l'onglet "rentrée littéraire" les romans et récits que nous avons déjà lus et qui nous ont particulièrement séduits. Ils paraîtront entre le 15 août et le 15 septembre...

Lignes de fuite

Stéphanie Braquehais chez Lattès

Pour Emma, l'Afrique n'évoque pas grand-chose. Bien sûr, elle sait que ses aieux y ont vécu et que son arrière-grand-père Henri fut le directeur de la ligne de chemin de fer franco-éthiopien. Puis un jour, elle découvre une vieille photo d'Henri et d'une jeune fille mystérieuse. Cette photo, témoignage d'un drame originel qu'on lui a toujours tu mais qui pèse toujours, un siècle plus tard et de manière insidieuse, convainc Emma de partir pour Djibouti.

Dans Lignes de fuite, trois voix, trois générations se mêlent pour explorer chacune les fantômes du passé.

Un excellent roman !

Lu par Solange


Sato San, le maître des corsets

Roland Brival au Mercure de France

Sato San grandit auprès d’une mère experte dans l’art des corsets. L’incessant ballet de femmes venues essayer leurs somptueux habits fascine ce jeune  garçon à l’imagination débordante. Initié à son tour à l’art des couleurs, de la coupe et de la broderie, il sera un élève brillant. Mais, à côtoyer chaque jour des femmes à demi-nues, il découvrira que, pour chaque homme, le plus difficile est encore d'apprendre à maîtriser ses désirs.

Un texte magnifique, tout en raffinements et en sensualité, qui plonge son lecteur dans le Japon des traditions millénaires.

Nous recommandons fortement cette lecture.

Lu par Pierre


Un escargot tout chaud

Isabelle Mergault chez Grasset

Imaginez une veille dame, bavarde certes, mais que plus rien ne retient sur terre. Voyez un mari devenu indifférent à sa femme. Pensez à une adolescente bègue et à son fiancé un rien benêt. Ajoutez à cela un  voisin larmoyant. Vous augmentez le tout avec Rose, femme trompée, en surpoids évident. Voilà, vous avez les ingrédients (les personnages, pardon) de départ. Ils se trouvent tous dans la bijouterie de Rose. Et quand entre un braqueur (un peu branque) en hurlant "le code du coffre ou la vie !", tous ont de bonnes raisons de choisir la mort plutôt que la vie. Ce qui laisse le braqueur pantois et démuni : on le serait à moins...

Une comédie tout en légereté, croustillante et cocasse qui vous livre quelques heures de bonne humeur !

Lu par Solange et Pierre

 


Evacuation

Raphaël Jerusalmy chez Actes Sud

C'est la guerre et l'évacuation de Tel Aviv est prononcée. Trois personnes la refusent : le grand-père de Naor, ce jeune homme et Yaël, sa petite amie. Dans une ville bombardée, Saba, Yaël la belle artiste aux idéaux intacts et Naor l'étudiant en cinéma vont vivre une expérience à très haut risque.

"Une bulle de poésie arrachée à l'histoire" !

Lu par Solange


Patricia

Geneviève Damas, Gallimard

Dans ce roman absolument magnifique, Geneviève Damas croise, en trois chapitres,  le destin de trois personnages. Le premier mouvement du livre s'ouvre sur Jean Iritimbi. Centrafricain sans papier coincé au Canada, il rencontre Patricia. Elle s'éprend de lui, le ramène à Paris et lui fournit des papiers. Mais Jean Iritimbi n'a pas dit à Patricia qu'il était déjà marié et avait deux filles. Dans le second chapitre, Patricia s'adresse à Vanessa, la fille d'Iritimbi. Avec sa mère et sa soeur, elle a tenté de rejoindre son père en France. Pendant que Iritimbi part à la recherche de sa femme et de sa fille disparues, il a confié Vanessa à Patricia. Ce n'est pas aisé car Vanessa est fermée, ne parle pas. Cette partie du roman est vraiment poignante, nous léguant une Patrica, véritable mère courage de substitution. La dernière partie du livre permet à Vanessa de parler enfin à Patricia dans une espèce de résurrection qui rend hommage aux efforts de sa maman d'accueil.

C'est un tout grand roman, tout en courage, tout en résilience, tout en espoir et surtout tout en empathie. Jamais tout lecteur de ce livre ne pourra "chosifier" sous le vocable "migrant" ces pères, ces mères, ces enfants qui espèrent un refuge chez nous.

Lu par Anne, Christelle et Pierre


La danse de l'araignée

Laura Alcoba, Gallimard

Les romans de Laura Alcoba sont des pépites. D'origine argentine, l'auteure nous raconte, dans trois récits, le parcours de la petite Laura.

Dans Manèges, elle a huit ans et vit en Argentine, sous un régie dictatorial auquel ses parents sont opposés. Il faut se cacher et se taire, sans trop comprendre pourquoi.

Dans Le bleu des abeilles, Laura vient rejoindre sa mère à Paris. L'idée qu'elle s'en faisait est très éloignée de la réalité. Toutefois, la jeune fille se prend de passion pour la langue française, comme elle l'exprime dans les lettres qu'elle écrit à son père, incarcéré en Argentine.

La danse de l'araignée se passe toujours à Paris, alors que Laura est adolescente. Sa compréhension du monde change, ses relations avec autrui aussi...

Il faut retenir de ces courts romans la beauté de la langue - française -, la finesse de la narration et la délicatesse des émotions. Il n'est pas nécessaire de les lire dans l'ordre, même si cela ajoute de la profondeur à la lecture, mais il faut les lire absolument!

Lus par Anne et Marie

 


Pour ce qu'il me plaist

Laure Buisson chez Grasset

Jeanne de Belleville avait des raisons pour devenir la première femme pirate de l'histoire, pour faire régner la terreur sur la côte atlantique et les grandes rivières  bretonnes. Quelques mois plut tôt, le roi de France avait fait décapiter son mari, Olivier de Clisson. Ivre de vengeance, elle deviendra en quelques mois la lionne sanglante, honorant dans le sang la devise des Clisson : "Pour ce qu'il me plaist".

Laure Buisson nous  raconte la vie romanesque d'une femme oubliée de l'histoire de France. Le début de livre surprend un peu par sa précision historique, la foultitude de noms et de lieux. Ne le lachez surtout pas tant il devient passionnant au gré des pages qui se tournent.

Lu par Pierre et Benjamin


Outre-Mère

Dominique Costermans chez Luce Wilquin

Les secrets de famille ont été beaucoup abordés à l'Oiseau-lire (notamment lors de la rencontre avec Delphine Bertholon et Isabelle Bary). En voici un nouvel opus excellent.  Charles Morgenstern, juif, bruxellois, est enrôlé dans l'armée allemande et devient indicateur pour la Gestapo. Malgré le secret imposé par la famille sur le sujet, il se dévoile peu à peu. Et c'est dans ce dévoilement, deux générations plus tard, que réside tout l'intérêt de l'enquête de Lucie. Un texte envoûtant que vous prendrez plaisir à découvrir.

Lu par Solange et Pierre


La vie ne danse qu'un instant

Theresa Révay chez Albin Michel

Alice Clifford est journaliste. Ses amours, sa vie intime nous en apprennent beaucoup sur l'Italie de Mussolini, l'occupation de l'Ethiopie, sur Rommel, Hitler et leur clique... Ses liaisons avec des personnalités proches de ses pouvoirs ne l'aveugleront jamais. Son goût pour la liberté la protègera des sirènes des dictatures.

La vie ne danse qu'un instant est un inoubliable portrait de femme.  Documenté, passionnant, le livre parcourt un monde en ébullition et qui court à sa perte.

Lu par Solange


Agatha

Frédérique Deghelt chez Plon

Elle a 36 ans à l'époque des faits. Elle perd sa mère et doit faire face à la trahison de son mari. Elle disparaît pendant dix jours et change de nom. Toute l'Angleterre la recherche. Son mari est soupçonné... Lors de sa réapparition, on la déclare amnésique. Jamais, elle ne livre quoi que ce soit sur cette absence, même dans son autobiographie.

Mais qui est-elle ?

Lu par Solange


La baleine thébaïde

Pierre Raufast, Alma

Au menu : le sinistre Dr Alvarez, un hacker moscovite, une start-up californienne, une jolie libraire et des cétacés (mutants ou électroniques) ! Et pour le dessert, un tourbillon d'aventures dans lequel Richeville, jeune homme timide et idéaliste, est embarqué.

Un chapelet d'histoires que vous ne lacherez pas... Excellente lecture pour les vacances !

Pierre Raufast est l'auteur de La fractale des raviolis, un roman que nos lecteurs ont vraiment aimé !!!

Lu par Pierre

Courir dans la neige

Fabrice Tassel, Les Escales

Entre l'homme et sa femme, le fossé se creuse. Cuisinier dans un grand hôtel, il a été licencié pour raisons économiques. Les deux jeunes enfants  ne comprennent plus ce père qui s'est réfugié chez sa mère. une veuve qui a eu le temps de prendre des habitudes de femme seule.

Voici donc un très beau roman sur le mal-être d'un homme, balloté par la vie, à bout de ressources et qui voudrait se reconstruire...

Lu par Solange


Un roman qui se dévore !!!

ROSA

Marcel Sel chez Onlit

Son père n'est venu que pour lui dire ça : "Tu vas écrire un roman ! Tu vas écrire un roman et je te payerai trente euros la page. Tu n'auras plus d'autre argent que celui-là !". Ce père ne sait pas encore qu'il offre à son fils désargenté et dilettante l'occasion d'une revanche. Il va écrire, oui... Il va lui écrire l'histoire de Rosa, sa mère. Son père ne sait rien d'elle. Ni qu'elle fut fasciste, ni qu'elle fut résistante, ni qu'elle fut déportée.

Marcel Sel offre une saga familiale formidable qui navigue entre l'Italie fasciste d'hier et la Belgique d'aujourd'hui !

Lu par Julie et Pierre


Je voudrais passer ma vie à récolter des histoires. De belles histoires. Dans un sac, je les mettrais et les emporterais avec moi. Et puis au moment propice les offrir à une oreille attentive pour voir la magie naître dans le regard.

Maryam Madjidi dans Marx et la poupée


Quel beau  texte, mes amis, quel beau texte !!!

Coeur-Naufrage

Delphine Bertholon chez Lattès

Lyla a 34 ans. Elle est célibataire, casanière et solitaire. Elle n'a qu'une amie très fantasque : Zoé. Lyla est aussi traductrice. Mais un jour, un message la renvoie 17 ans en arrière...

Lyla a 17 ans ou presque. Elle a une mère abusive, un père un rien démissionnaire et des envies d'ailleurs. En vacances, elle rencontre Joris, une jeune surfeur. Il symbolise tous les interdits. Lyla en tombe amoureuse. Quand elle comprendra ce qui lui arrive, il sera trop tard !!!

Difficile d'en dire plus, sans gâcher votre lecture, sur ce magnifique roman choral qui raconte, en alternance, l'adolescence de Lyla et les conséquences de cet été-là pour l'adulte qu'elle est devenue.

Nous vous recommandons hyper chaleureusement ce roman. Delphine Bertholon sera sur nos terres au mois d'avril. Ne ratez pas cette rencontre avec l'auteure de Twist, Grâce ou Les corps inutiles...

Lu par Béatrice et Pierre


Aveu de faiblesse

Frédéric Viguier chez Albin Michel

Yvan, 16 ans, adolescent timoré, élève menuisier, sans ambition, harcelé par ses camarades de lycée, accepte sa condition de victime dans un renoncement inquiétant.

Sa mère, étouffante et sinistre, collectionne les boîtes de fromage et sculpte de petits animaux dans des mottes de beurre.

Le père, réactionnaire et raciste.

Voilà, rien ne semble pouvoir ébranler ce huis clos familial. Jusqu'au jour où, près des poubelles d'une usine, on retrouve le corps sauvagement assassiné d'un enfant de dix ans. Tout accuse Yvan. Mis en garde à vue, torturé psychologiquement, ce suspect idéal finit par avouer un crime qu'il n'a vraisemblablement pas commis.

Des policiers peu rigoureux, prêts à tout pour reccueillir des aveux plutôt que de chercher des preuves, des avocats fonctionnarisés et un jeu opportuniste d'un homme politique qui espère se faire élire en s'appuyant sur ce fait divers sordide: tout fait de ce roman un conte à la fois social et un roman noir.

C'est remarquable !!!

Lu par Pierre et Robert

 


En novembre 1848, Victor Hugo monte à la tribune de l'Assemblée constituante pour dénoncer une réduction de budget qui menace les lettres, les arts et les sciences.

"Brader la culture, c'est saboter la gloire de la nation, anéantir l'édifice social et avilir le peuple".

Vous trouverez ce discours dans Du péril de l'ignorance aux édtions du Sonneur.


Mon étrange soeur

Marie Le Gall chez Grasset

Devenue adulte, une petite soeur raconte l'histoire de sa soeur, de dix-neuf ans son aînée. Pendant tout le récit, elle sera La Soeur, celle qui vit dans une tête saccagée, celle qui entrecoupe ses séjours à l'hôpital de brefs retours à la maison. La petite soeur, Marie, raconte, aime, s'interroge. Mon étrange soeur est l'histoire d'un lien exceptionnel entre deux soeurs, un lien que rien ne pourrait dénouer. C'est aussi un livre tout à la fois fort, tendre, qui remue l'âme et le coeur et servi par une plume sublime.

Lu par Solange


Article 353 du code pénal

Tanguy Viel, éd. de Minuit

Un matin, Martial Kermeur a jeté Antoine Lazenec à l'eau. Arrêté par la police, il raconte au juge comment il est en est arrivé à ce geste. Il faut dire que Lazenec est un arnaqueur de première. Il leur a vendu du rêve, à tous ces gens qui ont investi leur prime de licenciement dans des beaux appartements avec vue sur mer. Sauf que ce qu'ils en ont vu, de ces appartements, ce ne sont que des trous dans la terre et des pelleteuses à l'arrêt. Ils ont attendu, attendu... et pendant ce temps, les vies s'écoulent, les couples se séparent, les enfants grandisssent. On garde espoir mais on perd patience...

C'est tout ça que Kermeur raconte, dans une langue franche et pleine d'amertume, au juge qui va décider de son sort.

Tanguy Viel excelle dans ce roman qui frise le roman d'enquête, nous invitant à saisir les profondeurs d'un personnage lambda empêtré dans une situation injuste. On s'indigne contre ces Lazenec, ces escrocs cupides qui nous entourent, et face auxquels on se sent impuissants.

On recommande!!

Lu par Anne

 


Par amour

Valérie Tong Cuong chez Lattès

Le Havre, la France occupée, l'exode des familles, les enfants envoyés dans le nord de l'Afrique pour les sauver, les exactions allemandes, la résistance, la répression, les pères à la guerre dont on n'a pas de nouvelles, les bombardements de la ville par l'aviation anglaise, la faim, les nombreux morts et, comme si cela ne suffisait pas, la tuberculose... Dans cet univers de violence, d'abjections, une famille tente de survivre, de rester unie, de sauvegarder ce qu'elle peut d'éthique, de sens du bien commun. Et, comme en contrepoint de ses horreurs, la grâce de l'écriture de Valérie Tong Cuong !

Par amour complète une oeuvre qui enthousiasme chaque fois nos lecteurs. Les autres titres remarquables de Valérie Tong Cuong sont Providence, L'armoire magique, L'atelier des miracles et Pardonnable impardonnable (tous parus au format de poche).

Par deux fois, Valérie Tong Cuong s'est promenée sur nos terres pour rencontrer ses lecteurs et les étudiants qui lisent ses romans en fin de secondaire.

Lu par Marie et Pierre


Joie

Clara Magnani chez Sabine Wespieser

Rome. Le coeur de Gigi s'est arrêté de battre. Une mort rapide et sans douleur, comme il l'avait toujours souhaité. Quelques jours plus tard, sa fille Elvira découvre un manuscrit inachevé. Elle découvre l'histoire d'amour que son père vivait depuis quatre ans avec une journaliste belge, Clara. Le récit de Gigi correspond à la partie d'un livre qu'ils avaient décidé d'écrire ensemble. Clara finira par écrire cette fin, pour Elvira. A cette jeune fille au seuil de sa vie sentimentale, Clara confie avec pudeur et tendresse la plénitude de cet amour caché.

C'est juste merveilleux !

Lu par Pierre


La nuit du second tour

Eric Pessan chez Albin Michel

Un soir de second tour des élections présidentielles, la ville s'embrase : le pire est arrivé ! David et Mina, deux êtres minés par l'impuissance à aimer choisissent deux façons différentes d'affronter le cataclysme. Mina s'embarque sur un carto à destination des Antilles, histoire de ne pas assister à la débacle. David déambule dans la ville, au milieu des émeutes, seul au milieu de tous, seul face à sa vie ratée. Deux beaux voyages intérieurs que la littérature sublime...

Pour lire, pour se laisser porter, pour penser !

A l'Oiseau-lire, Eric Pessan était surtout connu pour son oeuvre en littérature de jeunesse (Plus haut que les oiseaux, Aussi loin que possible, Et les lumières dansaient dans le ciel). Eric est déjà venu parler de ses romans aux étudiants de 3ème et 4ème années.

Lu par Pierre


La sonate à Bridgetower

Emmanuel Dongala chez Actes Sud

Qui était Georges Bridgetower ? Il suffit de lire ce livre remarquable pour en savoir plus sur ce personnage méconnu. Alors, juste pour vous mettre l'eau à la bouche, sachez que Georges Bridgetower était un jeune violoniste virtuose. Il n'a que 11 ans lorsqu'il se produit à Paris en 1789. Eh oui, 1789 ! Vous comprenez aussi que ce récit vous confrontera  aux bouleversements politiques et sociaux de l'époque, notamment la mise en cause de l'esclavage. Or le père de Georges est un  noir de la Barbade et se fait passer pour  un prince d'Abyssinie. Alors ? Prêts pour un périple de Paris à Londres en passant par Vienne ? Prêts pour un voyage dans les mondes de la musique, des sciences et dans le siècle des Lumières ? Nous pensons que personne ne lachera ce livre...

Lu par Solange


Transcolorado

Catherine Gucher chez Gaïa

Une femme, malmenée par la vie, se réfugie régulièrement dans un car. Il l'emmène, la berce... le temps de reprendre son souffle. Ensuite, elle rentre et entre deux cafés-wiskies, elle survit. Puis, elle rencontre Tommy et sent que sa vie va prendre un nouveau virage. Le mot virage est déjà curieux pour elle dont le chemin n'a jamais connu de rectitude...

Transcolorado est un roman émouvant, reposant, voire rafraîchissant !

Lu par Isabelle et Solange


Ne parle pas aux inconnus

Sandra Reinflet, Lattès

"Ne parle pas aux inconnus !". C'est ce que Camille entend depuis son enfance. Elle ne rêve pourtant que d'aller voir ailleurs. N'importe où plutôt que ce canapé qui menace de l'engloutir comme il engloutit déjà les kilos de sa mère, campée devant la télé. Camille habite dans un pavillon neuf. C'est joli "pavillon", à une lettre près, ça s'envole ! Sauf que la famille de Camille n'est pas du genre à papillonner ! Camille a toujours un pied dans l'enfance, mais aussi un pied dans l'âge adulte. Et ça  lui donne le vertige. Alors Camille opte pour le  grand saut. Elle prend la route vers l'est, pouce en l'air. De l'Allemagne à la Serbie en passant par la Hongrie et la Roumanie, Camille met ses peurs de côté pour interroger la vie.

Un très bon roman qui peut déjà  être lu par de grands adolescents.

Lu par Solange


Vie de ma voisine

Geneviève Brisac, Grasset

Lors de son déménagement, une romancière est abordée par sa voisine qui l'invite chez elle pour parler de Charlotte Delbo*. Ce sera pour Jenny (la voisine) l'occasion de raconter le siècle : l'immigration de sa famille juive polonaise en 1924, la révolution russe, l'occupation, les déportations. Jenny perdra toute sa famille, mais, ni les deuils, ni les tragédies ne parviendront à l'affaiblir. Elle deviendra institutrice et transmettra savoir et connaissance aux enfants, seuls remparts aux barbaries.

Nous avons vraiment beaucoup aimé ce livre qui emprunte à la fois au roman et au récit. L'écrivain est à l'écoute de son personnage et rend justice à ceux qui ont pu garder vivant le goût de la fraternité et de l'utopie.

* Charlotte Delbo est née en 1913. Femme de lettre, elle s'est engagée dans la résistance. Elle a connu la déportation.

Lu par Pierre


Premières neiges sur Pondichéry

Hubert Haddad chez Zulma

Après une équipée en Inde qui le mène de Pondichéry  à Fort Cochin en passant par un ranch de montagne, Hochéa Meintzel trouve refuge, un soir de tempête dans une antique synagogue bleue. Parce que la grande prière exige un quorum de dix fidèles, ceux qui sont encore dans la synagogue supplient Hochéa d'être des leurs, d'être le dixième. En échange, ils lui font la promesse de lui raconter l'histoire ancestrale des juifs de Kochi.

Mais qui est Hochéa Meintzel ? Viloniste virtuose, Hochéa Meintzel a accepté l'invitation d'un festival de musique carnatique en Inde du Sud. Blessé dans la chair par un attentat, c'est avec l'intention de ne plus y revenir qu'il quitte Jérusalem. C'est porté par les figures de Samra, sa fille adoptive, et de Mutuswami, la jeune musicienne qui le guide, que Hochéa s'en remet à un enchaînement de hasard dans une Inde exubérante, à la fois chatoyante et bruyante et musicale comme une chaconne de Bach ou des Baûls du Bengale.

Ce roman magnifique est un mets sublime qui, s'il ne se laisse pas apprivoiser facilement, suscite nos sens au fur et à mesure qu'il se dévoile. Et même après l'avoir lu, ce roman  revient doucement, petit à petit, presqu'en cachette, occuper notre esprit.

Lu par Pierre


Robinson

Laurent Demoulin, Gallimard

Dans un style à la fois poétique et rempli d'humour, Laurent Demoulin, professeur en langues romanes à L'ULg, raconte en une succession d'anecdotes le quotidien d'un père avec son fils autiste. La piscine, les repas, les promenades, les courses, .... autant de situations à priori banales qui se muent en aventures périlleuses avec Robinson l'imprévisible. Les situations à caractère scatologique et les prises de risques sont fréquentes, éprouvantes, mais toujours on ressent l'amour paternel infini et ce besoin de vivre en souriant.

Nous recevrons Laurent Demoulin en 2017 à la librairie!

Lu par Béatrice, Isabelle et Anne


Danse de la vie brève

Hubert Antoine, Verticales

C'est à travers son journal intime composé de trois carnets,  que le lecteur découvre Melitza, une jeune mexicaine de 23 ans. Retrouvés par son père, ils racontent sa cavale avec Evo, un bel indigent charismatique et énigmatique. La lecture est ponctuée des commentaires du papa.

C'est sensuel, tragique, décalé mais, comme le titre l'indique, un vrai pas de  danse. Un coup de maître pour un premier roman qui vient d'obtenir le prix Rossel.

Lu par Pierre


De profundis

Emmanuelle Pirotte au Cherche midi

Tout le monde connaît Ebola... Mais Ebola III ? Eh bien, Ebola III a plongé l'Europe dans le chaos. Bruxelles est devenue la ville de tous les dangers, sans loi, en proie aux fanatismes les plus exacerbés, une ville rationnée en presque tout. Roxanne y survit, grâce au trafic de médicaments. Elle y survit mais pense à suivre le mouvement général : s'ôter la vie. Son ex-mari, succombant au virus, changera ses plans en lui laissant sa fille Stella, une gamine étrange dont elle ne s'est jamais occupée.

Une dystopie ? Un conte ? Ou une plongée en enfer ?

Lu par Solange et  Pierre


La vie automatique

Christian Oster à l'Olivier (Parution en janvier 2017)

Il a oublié d'éteindre sous la casserole, il n'est pas intervenu quand les flammes ont atteint les rideaux, la bibliothèque, et il est parti sa valise sous le bras quand la maison s'est définitivement enflammée. Il est acteur, acteur de série B et, désormais sans toit, il va se contenter de survivre, la fiction devenant son refuge.

Plongez-vous dans ce court roman à l'écriture étonnante, cocasse et qui parle du renoncement dans lequel un homme s'est installé.

Lu par Pierre


 


Yasmina l'insoumise

Maurice Bigio, Calmann-Levy

Menaces de mort, représailles, intimidations, enlèvements... Il pourrait s'agir d'un roman policier ! Eh bien que nenni ! Voilà un texte qui rappelle que, pas si loin de chez nous, des vies humaines sont broyées par d'absurdes stratégies géopolitiques. Des mères perdent leurs enfants endoctrinés. Des gosses survivent malgré le cynisme de la communauté internationale. Et pourtant leur terre si déchirée est si belle... Suivez Yasmina dans sa lutte pour la paix, contre le fanatisme, contre les violences faites aux femmes.

C'est juste magnifique !

Lu par Solange


Ceux qui restent

Marie Laberge, Stock

Sylvain, 29 ans, n'en pouvait plus de vivre et a mis fin à ses jours. Il ne laisse que regrets et questions à ceux qui restent, à ceux qui savent qu'lls ne redonneront pas la vie au disparu. Personne n'en sortira indemne. Charlène, Vincent, Mélanie, Stéphane, Muguette... tous brisés, freinés dans leur vitalité par la mort brutale de Sylvain.

Marie Laberge signe un roman d'action, un roman d'émotion, centré sur l'entourage, sur ceux dont on parle peu après un suicide car la société s'intéresse plus au geste qu'à ceux qui doivent vivre avec. Et pourtant, la vie, avec sa légèreté, continue...

Lu par Solange

 


Vouloir voler

Martine Merlin-Dhaine, Grasset

Tonio a 13 ans. Handicapé, il est cloué dans son fauteuil roulant et ne parle plus à personne depuis la disparition de son père. il faut dire que sa mère, toute en rancoeur, en râles et en cris ajoute une infinie tristesse à sa pauvre vie sur roulettes. C'est la nouvelle femme de son oncle qui va bousculer son existence, et même leur existence. Elle s'appelle Lola. Elle est solaire, vivante, vibrante, toute en sucre et laisse sur son passage les promesses d'un ailleurs plus souriant.

Vouloir voler est un premier roman. Très délicat, très fin, sa lecture vous conduira sans doute aussi à rêver.

Lu par Solange


La terre des Wilson

Lionel Salaün, Liana Levi

Imaginez une terre aride, peu fertile, écrasée par la chaleur. Imaginez le travail laborieux des fermiers de ces quelques fermes qui survivent misérablement dans cette température d'enfer qui n'est que chahutée par les tornades. Dick est encore un petit garçon quand il fuit à la fois cet endroit maudit et la brutalité de son père. Quinze années plus tard, il revient... au volant d'une belle voiture, portant chapeau blanc et fine moustache. Que vient-il chercher ou rechercher ?

Un excellent roman qui nous plonge dans l'Amérique de la Grande Dépression et des "Dust Bowl", ces gigantesques nuages de poussières qui ont mis à genoux les agriculteurs de cette partie de l'Oklahoma.

Lu par Pierre.

 


L'affaire Arnolfini

Jean-Philippe Postel, Actes Sud

Nous aurions pu chroniquer ce livre dans les essais. Mais voilà, il se lit comme un roman, comme un roman policier même... Qui n'a eu sous les yeux Les époux Arnolfini du peintre Jan Van Eyck ? Si cette oeuvre suscite l'admiration, elle a aussi fait couler beaucoup d'encre. En premier, il semblerait qu'il demeure un mystère quant à la véritable identité des époux Arnolfini. Ensuite, les époux ne se regardent pas et, pour autant que l'on sache, jamais avant Jan Van Eyck, aucun peintre n'aurait représenté un homme et une femme dans une même chambre.

Dans ce livre qui ressemble à une enquête, Jean-Philippe Postel explore les plus petits détails de l'oeuvre et nous conduit à accepter que l'ultime vérité de l'oeuvre nous glisse finalement entre les doigts.

Un rêve que cette oeuvre, un rêve que ce livre !

Lu par Solange et Isabelle


Le dernier des Baptiste

Jean-Marie Chevrier, Albin Michel

Ça s’arrêtait. Les jours devenaient longs d’être courts. Pour ce qui concernait les biens matériels et le rétrécissement de son corps, Baptiste avait résolu la question. Il est plus difficile de réduire l’esprit […] Un médecin aurait pu lui prescrire quelques substances abrutissantes pour l’aider à supporter son mal-être, il le refusait, préférant opposer une peine lucide à la dureté du monde. L’écran de télé était allumé du matin au soir […] dans la parenthèse de l’après-midi, l’amour était à l’honneur dans des séries destinées à remplacer la vie de famille pour ceux qui n’en avaient pas.

          Jean-Marie Chevrier raconte le destin malheureux d’un agriculteur d’aujourd’hui. La vie de Baptiste se résume à un long naufrage dans la solitude, où les hommes, prisonniers de leurs propriétés terriennes, hantent un monde où l’on ne s’amuse plus et où l’on aime que très difficilement. On peut lire dans cette histoire individuelle comme l’impossibilité sentimentale et la détresse d’une époque.

C’est un livre triste et beau.

Lu par Fabrice.


Ainadamar, la fontaine aux larmes

Serge Mestre chez Sabine Wespieser

C'était en 1936, le 18 août exactement. Il a été assassiné par des phalangistes en un lieu baptisé "Ainadamar" - la fontaine aux larmes. Il est mort en compagnie de deux anarchistes et d'un instituteur. Ces hommes sont morts parce qu'ils rêvaient d'une Espagne faite de liberté et de fraternité. Ce roman s'inspire de l'oeuvre de Federico Garcia Lorca pour évoquer le destin de ces quatre hommes. Ils ont soufflé l'espoir sur l'Espagne avant qu'elle ne sombre dans le silence du franquisme et de ses sicaires.

Lu par Solange


Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une

Raphaëlle Giordano, Eyrolles

- Dites-moi, vous qui êtes sage, qu'est-ce qu'il y a dans votre esprit? 
- Dans mon esprit, il y a deux chiens, un noir et un blanc. Le noir est le chien de la haine, de la colère et du pessimisme. Le blanc est celui de l'amour, de la générosité et de l'optimisme. Ils se battent tout le temps.
- Deux chiens? Qui se battent?
- Oui, pratiquement tout le temps.
- Et lequel gagne?
- Celui que je nourris le plus.        
                    

 

          Un soir de pluie torrentielle, les feux de détresse clignotent sur le bas-côté de la route, un pneu crevé... Camille est au bord de la crise de nerf, et son mari au téléphone qui l'engueule pour couronner le tout ! Elle n'en peut plus, elle craque et s'effondre dans les bras de l'homme qui lui est venu en aide et l'accueille chez lui.

          Ce parfait inconnu n'est pas n'importe qui... Camille va le comprendre au cours de leurs futures entrevues. Cet être hors du commun va l'aider à apporter, d'elle-même, les changements de vie nécessaires à son épanouissement. En passant par des choses simples, des choses abordables et concrètes!

          Un roman initiatique, à la manière de Laurent Gounelle, un roman de re-découverte de soi, un roman positif, un roman qui fait vraiment du bien... Et c'est pas du luxe!

Lu et approuvé par Marie.


Georges et les dragons

Jean-Pol Hecq chez Luce Wilquin

Eté 1927, Max débarque à Mons. Il est hollandais et journaliste. Il prétend préparer un reportage sur le borinage de l'après-guerre. Pourquoi éveille-t-il alors les soupçons de la sureté de l'état qui le file et s'inquiète de ses fréquentations ? Peut-être parce que profitant de son passage, il enquête sur le devenir de Georges, un cousin dit-il, disparu pendant la guerre... Un remarquable premier roman de Jean-Pol Hecq dans lequel vous croiserez les chemins de l'écrivain Stéfan Zweig et du cinéaste Joris Ivens et découvrirez la réalité sociale montoise de l'après-guerre.

"Cette histoire est étrange. Il est fort possible que personne n'y accorde du crédit ou même que l'on m'accuse de supercherie; j'en accepte le risque."

Lu par Pierre


En attendant Bojangles

Olivier Bourdeaut, Finitude

http://media.senscritique.com/media/000012485780/source_big/En_attendant_Bojangles.jpg

Raconté à hauteur d'enfant, ce conte, qui évoque inévitablement l'univers poétique et fantaisiste de Boris Vian, enchante. Il nous balade dans un quotidien synonyme de château en Espagne, de danse et de musique (Mr Bojangles, bien sûr) à toute heure, un « grand n'importe quoi » porté par une mère fantasque dont le prénom varie au gré de l'imagination de son mari, amoureux éperdu et compagnon de fantaisie. Fantaisie néanmoins consciente, puisque ce sont les pages écrites par ce dernier qui offrent un éclairage mature à l'histoire.

Sous des airs joyeux transparaissent toutefois mélancolie et cruauté : du réel, de la raison, de tout ce qui empêche de danser en rond... De la dérive, quand l'excès devient démence. À quel point peut-on échapper à la vie conventionnelle, jusqu'où peut-on partager la folie de la personne aimée? Comment se construire dans le monde avec des bases si marginales?

Olivier Bourdeaut, dont la prose chantante et imagée « fait sourire les larmes et pleurer l'allégresse » (J. Garcin), signe ici son premier roman, beauté mélancolique qui nous fera valser longtemps. »

Lu par Anne


Les ailes du désespoir

Roselyne Durand-Ruel, Albin Michel

David est juif et Alia est musulmane. Leur amour est plus fort que tout. Ils le croyaient indestructible. Il n'a pas résisté. Il n'a pas résisté aux attentats du 11 septembre 2001 dans lesquels Alia a trouvé la mort. David n'a désormais plus qu'un but : venger sa femme. Il lui semble que la meilleure solution est d'offrir ses services à la CIA. Et lui, tout de droiture vêtu, est emporté par un fleuve de tromperies, de haine, de violence.

Ce roman vous emporte. Il est une plongée terrifiante au sein des réseaux terroristes où politique, grand banditisme et espionnage se cotoient. Ce récit nous raconte la métamorphose radicale d'un homme  qui n'aspirait qu'au bonheur d'une famille.

Un roman vertigineux que vous n'abandonnerez jamais.

Lu par Solange


Vers la nuit

Isabelle Bunisset, Flammarion

Je sais que l'amant passionné de beau style s’expose à la haine des multitudes; mais aucun respect humain, aucune fausse pudeur, aucune coalition, aucun suffrage universel ne me contraindront à parler le patois incomparable de ce siècle. Malgré les secours que quelques cuistres célèbres ont apportés à la sottise naturelle de l'homme, je n'aurais jamais cru que notre patrie pût marcher avec une telle vélocité dans la voie du "progrès". Ce monde a acquis une épaisseur de vulgarité qui donne au mépris de l'homme spirituel la violence d'une passion. J'ai eu l'imprudence de lire ce matin quelques feuilles publiques. Soudain, une indolence, du poids de vingt atmosphères, s'est abattue sur moi, et je me suis arrêté devant l'épouvantable inutilité d'expliquer quoi que ce soit à qui que ce soit.
Baudelaire

                                    

Un véritable coup de maître que ce premier roman!

Périlleux défi que d'oser se mettre dans la peau de Céline, au crépuscule de sa vie... 

Défi relevé.

Isabelle Bussinet, professeure à l'université de Bordeaux ayant écrit sa thèse de doctorat sur la dérision dans l'œuvre de Céline, a choisi d'emprunter la voix intérieure de l'anarchiste à la verve assassine, du prédicateur de désastre, du poète sulfureux... Et c'est réussi!

Très bien écrit, fort inspiré, bourré de formules qui font mouche, c'est un très très bon livre!

Lu par Fabrice


Kyrielle Blues

Véronique Biefnot et Francis Dannemark chez Le Castor Astral

Un testament peut perturber une vie. Celui de Teddy va en changer deux.Il est étrange d'ailleurs ce testament ! Il commence par une énumération de biens pour la plupart dérisoires, une kyrielle de souvenirs et il se conclut par un CD. Et c'est le contenu de ce CD qui va modifier le cours de la vie de Nina et de Antoine, le notaire.

Voici un bien beau roman, comme un océan de douceur dans ce monde de brutes. Et ça soulage...


L'autre Joseph

Kéthévane Davrichewy chez Sabine Wespieser

Vous ne connaissez peut-être pas Sosso. Vous connaissez probablement Joseph Djougachvili. Si non, vous connaissez Staline. Eh bien, ce sont les  trois noms du même personnage. Mais c'est d'un autre Joseph dont Kéthévane Davrichewy nous parle. Il s'agit de Joseph Davrichewy ou Davrichachvili, son arrière-grand-père, camarade de jeux de Staline puisque né dans la même ville de Gori et à la même époque. Des bagarres de gamins aux activistes de la révolution, Kéthévane ne nous épargne rien des parcours des deux personnages. Et vous découvrirez que ce n'est peut-être pas un hasard si la ressemblance physique des deux Joseph est si frappante...

Lu par Pierre


Illettré

Cécile Ladjali, Actes Sud

Léo est jeune. Il a vingt ans. Il habite cité Gagarine et pointe chaque matin devant sa presse. Dans cette imprimerie, Léo voit défiler des lettres. Toute la journée... Curieux destin que celui de travailler dans une imprimerie quand on est à peine capable de lire son nom ! Elevé par une grand-mère analphabète, Léo l'est devenu aussi. Il a quitté le collège à 13 ans et a vite oublié les rudiments de lecture appris à l'école. Les mots, les textes sont devenus pour lui des énigmes. Il en a perdu quelques doigts, juste parce qu'il n'a pu lire les mesures de sécurité que le travail à la presse l'obligeait à prendre. Toute sa vie d'adulte sera entravée par cette tare invisible, y compris dans les rapports qu'il aurait voulu plus tendres avec Sybille, la jolie voisine qui soigne sa main.

Avec énormément de talent, Cécile Ladjali enfourche son cheval de bataille : les mots, l'école, la dignité, impossibles sans la possession du langage.

Illettré, derrière sa poésie, est un livre de conviction. Comme nous l'aimons !

Lu par Pierre, Fabrice et Solange

Nous espérons accueillir Cécile Ladjali. Soyez vigilants !


Blonde à forte poitrine

Camille de Peretti, Kéro

Vickie a 17 ans quand elle est enceinte de son copain. Les conventions la poussent au mariage. Vickie s'en serait probablement accommodée si elle n'avait été rejetée par sa mère, sa belle famille et enfin son mari, beaucoup trop jeune pour s'occuper d'une jeune femme et se soucier d'un enfant. Vickie quitte cette petite ville texane qui l'a vue grandir et trouve refuge dans un club de striptease. Elle répond à un seul voeu : élever son enfant à l'abri du besoin. Très vite, elle est remarquée pour son pouvoir d'attraction fou qu'elle exerce sur les hommes et de  playmate à star de la téléréalité, son ascension est fulgurante.

"La fille était le fantasme absolu, la vierge et la putain réunie, incroyable, inconcevable que personne ne l'ait encore remarquée. (...) Elle était la pépite d'une vie, elle était exceptionnelle".

En s'inspirant de l'histoire de Anna Nicole Smith, Camille de Peretti nous livre le meilleur de ses romans en rendant son héroïne équivoque, à la fois touchante et attachante. La parution de  Blonde à forte poitrine est prévue pour le 8 février. Nous nous réjouissons de vous le proposer...

Lu par Béatrice et Pierre

Attention, le passage de Camille de Peretti sur nos terres est en préparation. Surveillez vos courriels ou retrouvez-nous sur notre site ou facebook.

 


Villa des femmes

Charif Majdalani, Seuil

Villa des femmes, c'est l'histoire du Liban, après les années soixante, quand les nuages s'amoncellent sur le pays. Et c'est aussi l'histoire d'un clan familial qui a fait fortune dans le négoce du tissu. Mais Villa des femmes raconte surtout trois femmes, trois femmes qui résistent au monde des hommes en guerre.

Nous n'avons pas laché cette plongée dans les remous d'une société dépassée par le flux de l'histoire.

Lu par Béatrice


A la table des hommes

Sylvie Germain, Albin Michel

Son obscure naissance au coeur d'une fôret en pleine guerre civile a fait de lui un enfant sauvage qui ne connaît rien des conduites humaines. S'il découvre peu à peu leur complexité, à commencer par celle du langage, il garde toujours en lui un lien intime et pénétrant avec la nature et l'espèce animale, dont une corneille qui l'accompagne depuis l'origine.
A la table des hommes tient autant du fabuleux que du réalisme le plus contemporain. Comme Magnus, c'est un roman hanté par la violence prédatrice des hommes, et illuminé par la présence bienveillante d'un être qui échappe à tout assignation, et de ce fait à toute soumission.
Quatrième de couverture

                                             

Sylvie Germain est définitivement l'une des plus belles plumes de notre époque. Son style qui mêle  sensibilité, intelligence et grâce, est aussi une éclatante révolte contre la vulgarité et la barbarie des hommes.

Une histoire, un personnage et une auteure à part. A ne pas manquer.

Lu par Christelle et Fabrice


Boulevard des Pyrénées

Gilles Laporte, Genèse éditions

Elle est attirante, elle le séduit, elle l'enchante, elle l'ensorcelle. Sa beauté le subjugue. Qui est cette femme mystérieuse qui donne l'occasion à cet auteur à succès, perturbé par sa propre séparation de sa compagne, de commencer un roman chaque fois qu'il la rencontre ? Et pourquoi, à chaque fois qu'elle se donne, le repousse-t-elle dans un étrange jeu qui nous rappelle cette comptine que nous chantaient nos mamans : "Tu m'aimes ? Oui ! Reste, reste sur mon bateau... Tu m'aimes ? Oui ! Tombe, tombe dans l'eau".

Lu par Solange


ENVOYEE SPECIALE

Jean ECHENOZ, Les Editions de Minuit

Je veux une femme, a proféré le général. C'est une femme qu'il me faut, n'est-ce pas […] Une femme, a-t-il répété à voix basse, se parlant à lui-même. Une femme, a-t-il haussé le ton, mais pas seulement. Surtout pas une stagiaire comme on trouve partout. Quelqu'un d'absolument étranger aux réseaux, voyez-vous? Pas tout à fait, a dû admettre Objat. Eh bien une innocente, quoi, a résumé le général. Qui ne comprend rien à rien, qui fait ce qu'on lui dit de faire et qui ne pose pas de questions. Plutôt jolie, si c'est possible."

                                                     

Voilà formulée la mission. Reste au gradé Objat de monter le plan d'enlèvement, de séquestration et d'envoi… spécial d'une jolie jeune femme dans quelques aventures suffisamment traumatisantes pour qu'elle tombe dans les bras du général suffisamment ductile.  

Echenoz fait de cette affaire sentimentale… d'état, un imbroglio réjouissant d'inventivité, à la narration leste, déliée des canons (entendus… de la narration) et rend sournoisement lecteur et narrateur complices, de bonne entente et d'intelligence. 

Nous ne lui en tiendrons pas rigueur.

Lu par Fabrice.


Petit piment

Alain Mabanckou, Seuil

Voilà l'histoire de Petit Piment, racontée par Petit Piment lui-même. On croit qu'il a perdu la tête après avoir perdu Maman Fiat 500, maquerelle peut-être, mais qui l'avait reccueilli, jeune délinquant aux mains de jumeaux brutaux. On croit qu'il a perdu la tête, mais pas au point d'oublier la vengeance qu'il a à prendre contre celui qui a brisé son destin.

N'hésitez pas. Plongez dans cette Afrique qui conjugue corruption, sorcellerie, conflits, tribalisme, sort réservé aux femmes et pauvreté. Pendant les 273 pages du roman, vous croirez Alain Mabanckou à vos côtés et en train de vous raconter l'histoire de vive voix.

Lu par Solange

 


Victor Hugo vient de mourir

Judith Perrignon, L'Iconoclaste

Il y a ceux qui firent la commune, les misérables qu'on appelle maintenant les prolétaires, leurs chefs qui furent bannis puis amnistiés. Il y a la police et ses indicateurs infiltrés. Il y a les politiques de tous bords. Il y a le clergé qui tente une dernière fois de faire tomber le grand homme de son côté. Il y a les proches, sa belle-fille, ses petits-enfants, les autres sont déjà morts. Tous attendent la fin du poète, les funérailles d'état qui s'annoncent et une véritable bataille que les autorités redoutent.

Un livre remarquable, si bien écrit qu'on se prend à regretter de ne pas avoir été là ces jours-là !

"Et il rirait, sûr de son génie, l'air de dire, ce n'est pas avec des rimes, disiez-vous, qu'on détruit le vieil ordre existant, mais sans la poésie en aurait-on eu l'idée ?"

Lu et relu par Pierre.


Boussole

Mathias Enard, Actes Sud

Prix Goncourt 2015

Le narrateur s'appelle Franz Ritter. Il est insomniaque. De minuit à sept heures le matin, il ne dort pas. Du moins, c'est ce qu'il dit... Alors, il nous raconte sa vie, ses voyages, l'Orient. Istanbul, Téhéran, Damas, Palmyre se succèdent. Le récit est formidable, envoûtant et d'une érudition qui ne demande qu'à se laisser conquérir. Un tout grand prix Goncourt !

Nous aimerions recevoir Mathias Enard dans nos murs. On ne sait jamais, restez attentifs.

Lu par Solange et par Pierre


L'INCONSTANCE DES DEMONS

Eugène Green, Robert Laffont

En voyant cette harmonie, je me demandai comment il était possible que la grâce ne fût pas universelle. Mais au même instant, je compris que je n'aurais jamais la réponse. Face au mystère insondable du monde, notre intelligence ne peut deviner quelque chose qu'en affrontant les énigmes, sans espérer les résoudre.

                                        

Ayant perdu son fils et sa femme, le neurologue Nikolau Aztera abandonne la médecine et se retire au fin fond du pays basque. Résolu à vivre loin du monde, il choisit de se consacrer exclusivement à la bibliophilie.

Un jour il reçoit la visite d'une femme, désespérée par les crises terrifiantes de son fils. Crises au cours desquelles le garçon paraît dialoguer avec des êtres maléfiques désincarnés. Nikolau va plonger au cœur de ce phénomène surnaturel inquiétant et se livrer à l'éternelle lutte entre le Bien et le Mal…

Eugène Green, expert du baroque, réalisateur entre autres du film Le pont des arts, signe un polar métaphysique empli de grâce et de mystère. Il traite du « plus grand problème théologique de l'Homme européen : comment expliquer le Mal ? » avec une parfaite maîtrise.

Un grand livre.

Lu par Fabrice


"Tout le monde a des droits maintenant. Rectification, tout le monde revendique la suprématie de "ses" droits sur ceux des autres. Résultat, ce sont toujours les mêmes qui se tapent le sale boulot des devoirs"

Geneviève Lefebvre dans Qu'est-ce qui fait courir Julia Verdi.


FLASH BACK

Tamara Degol, Editions Noctambules

Une auteure liègeoise signe un livre dur et intense...

                                                         

Cela commence dès la naissance. Une enfant non désirée, par une mère en proie à des hallucinations diaboliques qui la poussent à commettre le pire. Des accès de démence dont la petite fille est la première victime. Maltraitances, rejets, dialogues de sourds…

Et puis c'est l'école et les autres enfants et la dureté du monde, lorsqu'on est différent. Et c'est l'amour... Quand on croit que tout pourrait s'arranger et que tout s'aggrave encore davantage.

FLASH BACK: et cette fois c'est la vie de cette mère, ayant grandi aux côtés d'un père dévot et violent. Une histoire d'amour, entravée par les démons de l'esprit de cette femme.

FLASH BACK: et on continue à remonter le temps... Mais l'Histoire se répète, demeure mystérieuse.

Un livre cruel où dialoguent réalité et démence. Une plongée glaçante dans l'intimité et le mal de vivre. Quand le réel est si terrible qu'il en devient fantastique.

Lu par Fabrice


Le fil de Yo

Caroline Tiné, Lattès

Dans ce roman, il y a d'abord Yo. C'est une infirmière attachante, attentive à la détresse des pensionnaires de la Clinique. Par sa capacité d'écoute, sa douceur, elle parvient mieux que les psychiatres à soulager des patients comme Agathe, dépressive et attirée par le vide ou Frédérique, victime d'une accident de la route et en proie à des crises d'épilepsie.  Le docteur Simon, lui, fait partie des médecins, bardés de certitudes et que le succès de Yo agace.  Et puis, ensuite, il y a Dominique, le patron du bar L'Enclume. C'est un homme bienveillant auprès duquel Yo peut trouver refuge.

Voilà un très beau roman, tout en pudeur, tout en douceur, aussi attachant que Yo et ses patientes. Vraiment, lisez-le.

Lu par Solange


La nuit de Walenhammes

Alexis Jenni, Gallimard

Walenhammes, le nord de la France, est une ville inconnue de presque tous et est devenue une friche industrielle. Les mines et le haut-fourneau ont disparu. Il ne reste qu'une population dont on ne sait pas très bien quoi faire. Cette désindustrialisation entraîne inexorablement la décadence des valeurs morales et la perte d'une qualité de vie. Le maire de la ville est un homme heureux. Il a une idée simple : la pauvreté de ces administrés sera leur richesse. Autrement dit : la pauvreté enrichit. Les citoyens travailleront pour un faible salaire et selon un code du travail incompréhensible. Un personnage remarquable, ce maire !  Charles Avril, journaliste, devine que dans la commune de Walenhammes naissent les conditions de l'installation d'un monde nouveau. Et que ce monde nouveau risque bien de devenir le nôtre.

Le roman est une analyse lucide de notre société déclinante face à une mondialisation tyrannique. Il s'enrichit par une climat onirique qui sent bon la Picardie dans laquelle on navigue, comme en errance, dans les brumes des bières du Nord.

C'est sur ce modèle que s'est construite la société Amazon (lire: En Amazonie. infiltré dans le meilleur des mondes). Ses turiféraires feraient bien de réfléchir qu'ils cautionnent un nouvel esclavagisme qui risque  de devenir la norme de demain et pour tous ou presque.

Lu par monsieur Lemaire


Le facteur émotif

Denis Thériault chez Anne Carrière

Bilodo est facteur. Il mène une existence tranquille. A l'heure des téléphones portables et des mails, il n'a plus guère de courrier à transmettre. Aussi, quand dans le fatras de publcitiés et de courriers administratifs se glisse une vraie lettre, Bilodo la reprend chez lui, l'ouvre délicatement à la vapeur, en découvre le contenu et, seulement le lendemain, la remet à son destinataire. C'est ainsi qu'il fait la rencontre épistolaire de Ségolène qui écrit de beaux haïkus à un certain Gaston. Il n'en faut pas plus pour que notre facteur soit entraîné dans une aventure amoureuse à la fin surprenante. Disons que la fortune ne sourit pas toujours aux audacieux !

Harmonie, élégance et poésie font de ce court roman une lecture agréable et reposante. Posez-vous une bonne heure en sa compagnie...

Lu par Solange


Dans le bleu de ses silences

Marie Célentin, éd. Luce Wilquin

Au IIIème siècle avant notre ère, au début de l'Egypte des Ptolémée, l'histoire d'Alexandrie ne fait que commencer. De cette époque, de cette ville, Marie Célentin trouve l'nspiration d'un roman surprenant, un roman historique, un roman d'amour, un roman policier, bref, un roman qui en contient cent autres. Les personnages défilent au même rythme que les décors s'étalent devant nous.

Chez Marie Celentin, il y a du Alexandre Dumas dans l'ampleur du roman, il y a du Michel Folco et de son art formidable de la digression et il y a du Jacques Martin dans la minutie des descriptions. Vous ne vous ennuyerez pas. Ce premier roman, car il s'agit d'un premier roman, est un joli coup de coeur pour celles et ceux qui l'ont déjà lu.

Marie Celentin entamera notre nouveau cycle de rencontres au mois de septembre.

Lu par Solange et par Pierre.


Des hommes chargés de la régulation d'un monde dont ils sont coupés. Ils n'ont pas eu d'enfance souriante, donc ils ignorent le regret. Ils ont oublié l'herbe qui a porté leurs premiers pas. Ils n'ont aucune idée de ce que représente un sac de froment, un plan de bataille, une veillée. Ils ne savent rien. Alors ils imaginent. Ils écrivent des lois qui se heurtent sans cesse au déroulement des choses mais ils n'admettront jamais leur défaite. Ils continueront d'écrire des règles dans la pénombre de leur salle, feront et deferont des vies avec l'ardeur idiote du joueur qui ruine sa famille. Et ces hommes ont décidé pour moi."

Propos prêtés par Clara Dupont-Monod à Aliénor d'Aquitaine dans Le roi disait que j'étais diable. Aliénor d'Aquitaine à vécu au XXIIème siècle. Nous avons reçu Clara ce dimanche 22 avril 2015.


 

Ma plus belle déclaration de guerre

Alain Lallemand, Luce Wilquin

Le médecin suisse Roch Aebi nourrit un projet humanitaire inouÏ : ouvrir une maternité en plein coeur d'une zone insurgée dirigée par le Mollah Omar. Chefs de guerre, trafiquants de drogue, troupes régulières, forces spéciales, agents occultes, tous s'unissent pour conduire Roch Aebi de défaites en échecs. Mais cette guerre qu'il mène pour l'humanité n'est pas la seule à l'occuper. Une deuxième guerre avec la femme dont il veut divorcer et une troisième avec son fils dont il est fier et dont il apprend la disaparition mangeront une partie de son temps disponible. Ce roman vous emmène dans les déserts et caches troglodytiques du Sud-Afghan aux sommets enneiges de l'Hindu Kush, des forêts impénétrables du Pakistan aux pics vertigineux des Alpes Suisses. Un roman d'aventures, certes, mais qui pose une question plus qu'intéressante : peut-on être un père quand on quitte le foyer familial et qu'on se met tant en danger? Même si, là-bas, au loin, il faut sauver des femmes et des enfants.

Lu par Solange


"Ce n'est pas le pouvoir qui corrompt, mais la peur. La peur de perdre le pouvoir corrompt ceux qui le détiennent, et la peur du fléau que représente un pouvoir corrompu corrompt ceux qui sont soumis à ce pouvoir".

Aung San Suu Kyi


Le Zilien

Luc-Michel Fouassier, éd. Luce Wilquin

Un zilien est un instituteur attaché à une école et qui attend un remplacement, même très provisoire, dans un établissement très proche de son point d'attache. Avec énormément d'humour et d'impertinence, Luc-Michel Fouassier nous amène à partager pendant quelques jours l'univers de ce remplaçant. Hommage au bon sens et à l'efficacité, ce roman brocarde les délires d'une certaine inspection ou de ceux qui en envisagent le poste. Ce ne sera pas drôle pour tout le monde... Seulement pour celles et ceux quui apprennnent à lire, à calculer ou à écrire envers et contre tous les biens-pensants. Quelque part, on rejoint la Classe pipelette chroniquée dans la parite "Lecture 10/12 ans" du site.

Tiens, cela donne l'idée d'un dictionnaire "Jargon pédagogique/Français" et "Français/Jargon pédagogique". A ce sujet, savez-vous ce qu'est un référentiel bondissant aléatoire ? Nous offrons un livre de poche aux dix premiers qui nous apportent la réponse.

Lu par Pierre

.


Création SIP